in

5 aliments asiatiques préférés : comment sont-ils nutritionnels ?

La cuisine asiatique est un succès. C’est bon, on ne le prépare pas si facilement à la maison, et que dire : les plats dans l’assiette (lire Instagram) sont tout simplement excellents. Ce sont toutes ces raisons pour lesquelles nous aimons aller dans des restaurants asiatiques de toutes sortes et découvrir pour nous des saveurs lointaines et exotiques. Comment vos aliments préférés se comportent-ils sur le plan nutritionnel ?

1. Sushi – une spécialité japonaise qui a captivé le monde entier

Les sushis sont un phénomène. Il a également conquis la nation tchèque, dont les plats typiques sont bien loin de l’association plutôt exotique du poisson cru, du riz, des algues et de la sauce soja. La force du sushi réside dans la simplicité et la fraîcheur des ingrédients utilisés. C’est à propos de aliments peu transformés industriellement qui conservent une forte proportion de nutriments.

Grâce à sa teneur en poisson, ce délice est une source de vitamine D, ou acides gras oméga 3. L’avocat, quant à lui, contient des acides gras mono-insaturés bénéfiques, le wasabi est une source de substances aux effets anti-inflammatoires et antibactériens. La liste des points positifs ne s’arrête pas : c’est un repas nutritionnellement équilibréqui contient tous les macronutriments essentiels.

Cela ressemble à un conte de fées jusqu’à présent, n’est-ce pas? Même les sushis ont leurs “mouches”. Ils peuvent être un problème poisson de mauvaise qualité source de bactéries pathogènes. L’idée d’un rendez-vous idéal dans un restaurant de sushis peut se transformer en une soirée moins romantique dans une étreinte avec une cuvette de toilettes. Faites également attention à la quantité de sauce soja, car elle contient beaucoup de sel. Êtes-vous délibérément affamé toute la journée parce que vous prévoyez de sortir faire une course de sushi avec votre ami le soir ? Cela peut se transformer en une suralimentation désordonnée.

Alors comment s’adonner au sushi tout en préservant ses bienfaits ?

Faites de la visite d’un restaurant de sushis un jour férié et choisissez-en un où vous êtes sûr d’avoir des ingrédients de qualité. Ne “baignez” pas les morceaux individuels dans de la sauce soja, manipulez-les avec précaution. Attention aussi aux versions croustillantes frites (elles contiennent beaucoup de matières grasses, dont on peut douter de la qualité) et aussi aux rouleaux “végé” avec uniquement des légumes ou de l’avocat (ils sont nutritionnellement déséquilibrés et manquent de protéines) mais c’est un repas équilibré.

2. Poké bowl – un bol coloré « instafriendly »

Vous aurez du mal à trouver un aliment plus populaire sur votre flux Instagram que le bol Poké. Le poké est un poisson cru tranché servi soit en entrée soit en plat principal et fait partie des plats signatures de la cuisine hawaïenne. Le plat est servi dans un bol profond et garni de riz, de légumes colorés (chou, carottes, tomates, maïs), d’avocat ou d’edamame vert frais et de mangue ou d’ananas exotique. Le concert des saveurs est souligné par le nappage : il peut être à base de mayonnaise aux saveurs variées ou de sauces à base de la sauce soja précitée. Similaire aux sushis le principal avantage est la fraîcheur et le traitement industriel minimal des matières premières.

Mais si vous avez deviné un crochet, vous l’avez bien deviné. Trop de composants gras peuvent être un problème, bien qu’il s’agisse souvent de graisses “saines”, comme l’avocat ou le saumon. Si vous ajoutez de la “mayo épicée” et des oignons frits croustillants à ce combo, ce sera une bombe calorique décente.

Comment choisir un poké ?

Lors de la sélection se concentrer principalement sur les sources de matières grasses: aimez-vous le saumon? D’accord. Mais alors arrêtez avec d’autres sources de matières grasses. Par exemple, remplacez l’avocat par des edamame, la sauce mayo par une sauce à base de soja (par exemple, le ponzu aux agrumes ou le teriyaki sucré sont excellents). Et inversement : à la place du saumon, vous pouvez choisir du thon ou des crevettes moins gras et les compléter avec de l’avocat.

La portion de riz est également généralement importante. Si vous voulez “alléger” la nourriture, vous pouvez remplacer une partie du supplément glucidique par des légumes. Certains restaurants proposent de telles options ou vous pouvez essayer de les demander au serveur.

3. Rouleaux asiatiques

Les rouleaux bien-aimés de tout le monde peuvent servir de apéritif avant le plat principal ou en plat principal, si nous multiplions leur portion. Ils se composent de fines feuilles de riz, de nouilles de riz, de légumes et, selon la variante, d’omelette aux œufs, de tofu, de crevettes ou de différents types de viande. Avez-vous déjà essayé “d’emballer” des rouleaux à la maison ? Ensuite, vous avez peut-être découvert que c’est une affaire plutôt laborieuse et une raison de plus pour aller les voir.

Les bretzels n’auraient qu’un goût moitié moins bon s’ils ne l’étaient pas nappé d’une sorte de sauce. Le plus basique est une combinaison de sauce de poisson, de citron vert, de sucre, d’ail et éventuellement de carotte ou de radis daikon. Mon préféré est la sauce, où mon beurre de cacahuète préféré joue le rôle principal.

Même en ce qui concerne les bobines, je peux penser à un hic : vous avez dû remarquer que les bobines ne sont pas comme des bobines. Dans les restaurants, vous rencontrerez deux variantes. Si vous remarquez dans le titre le mot “printemps” n’est pas un bon choix. Des petits pains frits atterriront dans votre assiette qui, quelques secondes plus tôt, profitait d’un bain chaud sous forme de graisse. Mais si vous choisissez des rouleaux d’été, vous ferez bien. Faites peut-être juste attention à la sauce aux arachides pour eux. Vous savez vous-même à quel point il est facile de regarder le fond d’un pot de beurre délicieux.

image de Eatsmarter.com

4. Bibimbap : la star de la cuisine coréenne

Alors que des spécialités asiatiques telles que les sushis japonais ou le pho vietnamien sont à la maison en République tchèque, il existe un autre plat asiatique célèbre qui attend toujours d’être découvert. Bibimbap – le nom est un peu un virelangue et sonne un peu drôle. Ce qu’est le bibimbap, le nom même du plat l’exprime. Bibimbap vient du mot bibim, qui se traduit par mélanger, et du mot bap, qui signifie riz.

Il s’agit d’un grand bol (idéalement en pierre et chauffé) avec du riz bouilli. Sur le dessus, vous trouverez des boules de légumes variés, cuits ou crus (oignon, concombre, épinard, carotte, courgette, edamame ou pousses de haricot mungo, etc.), de l’œil de bœuf et quelques morceaux de viande cuite ou de tofu. Le bibimbap ne serait pas du bibimbap sans une sauce piquante épicée Kochchujang. La nourriture est généralement consommée avec une cuillère et bien mélangée avant de manger.

Nous aurions du mal à trouver des points négatifs sur le bibimbap. C’est un aliment avec représentation de tous les macronutriments et il y a aussi des fibres sous forme de légumes. La portion est également adéquate, du moins selon mon expérience. Si vous êtes bien équipé avec les ingrédients, ce ne sera pas un problème de le préparer à la maison.

5. Bún bò Nam Bô : numéro un préféré des Tchèques

Comment terminer l’article d’aujourd’hui autrement qu’avec la “bulle” populaire. Ce plat domine le menu de presque tous les restaurants vietnamiens. On l’appelle souvent une salade car elle est préparée à partir de légumes frais (laitue iceberg, carottes, concombre et pousses de mungo) et d’herbes (coriandre, perilla ou menthe adorées ou détestées). Que peut-on y trouver d’autre ? Bun riz nouilles et bœuf : grillé ou sauté. Le tout est complété par une vinaigrette à base de vinaigre, de sucre, d’eau et d’une sauce de poisson typique, et les cacahuètes concassées et les oignons frits sont agréablement croquants sur le dessus.

Dans le cas de ce phénomène c’est un repas nutritionnellement équilibré, dans lequel aucun des macronutriments ne manque, complété en plus par des légumes frais. Le seul problème pourrait être la taille des portions et le flot d’oignons frits et de cacahuètes sur le dessus. Semblable au poké, vous pouvez demander au serveur de garder les nouilles et les garnitures courtes et de déposer une plus petite portion des deux dans votre bol.

Que retenir de cela ?

La cuisine asiatique telle que nous la connaissons en République tchèque, est surtout une affaire relativement légère et même nutritionnellement équilibrée. C’est d’autant plus le cas si vous faites attention à la quantité d’ingrédients gras (comme les avocats, les vinaigrettes à la mayonnaise, les vermicelles sous forme de cacahuètes, etc.) et que vous vous adonnez à la cuisson par friture. La taille appropriée des portions est également essentielle. Vous savez peut-être vous-même que dans de nombreux bistrots asiatiques, il est si grand qu’il nourrirait deux cous affamés, et après avoir organisé un tel déjeuner, vous tombez dans le vieux gastrocome familier.

Retrouvez tous nos astuces et guide sur lasanté et la nutriton

COMMENT PARTIR SANS JETER UN OEIL SUR LES PÉPITES DE NOTRE BOUTIQUE

Retrouvez tous nos ustensiles de cuisine pour vous faciliter la tâche en cuisine, nos produit minceur pour vous aider à maintenir la forme et faire du sport depuis le confort de votre domicile avec nos accessoires de fitness et Pilates âs cher

ACCESSOIRES DE SPORT ET FITNESS
:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Written by quoimangercesoir

Jeune blogueuse : experte en nutrition sport et santé. J'aide les femmes à s'accepter devant le miroir. Grâce à mes conseils sur les bonnes pratiques de la nutrition et sur les exercices physiques à adopter à la maison ou en salle de sport pour retrouver une belle silhouette.

7 zdravých potravin, kterými chutně nahradíš klasické přílohy v dietě

7 aliments sains que vous pouvez utiliser pour remplacer les plats d’accompagnement classiques

5 suplementů, které ti pomůžou nabrat svaly

5 suppléments qui vous aideront à gagner du muscle