Régime d’allergie au pollen

Le contact avec certains aliments végétaux chez les patients allergiques à certaines familles polliniques peut provoquer un syndrome buccal allergique avec irritation des lèvres et de la cavité buccale : il s’agit d’un

réaction croisée ou réaction croisée

. Le phénomène de réactions croisées se produit car dans de nombreux aliments, il existe des molécules similaires à celles présentes dans le pollen, qui sont reconnues par le système immunitaire également par ingestion, déclenchant ainsi la réaction. Il s’agit à tous égards d’une allergie alimentaire, dans la plupart des cas limitée au Syndrome Allergique Oral, mais qui peut parfois se manifester par les symptômes les plus importants. Le syndrome allergique buccal survient quelques minutes après le contact avec certains aliments végétaux, le symptôme le plus fréquent étant les démangeaisons au palais, mais un gonflement des lèvres peut également apparaître jusqu’à un œdème de la glotte. Une étude de 2009 sur l’incidence et les causes des allergies alimentaires en Italie par l’Association italienne des allergologues territoriaux et hospitaliers (AAITO) a montré que les personnes souffrant d’allergies alimentaires représentent 8% de toutes les personnes allergiques. 45% avaient une allergie primaire (non liée au pollen) à la nourriture, les autres une réaction croisée entre le pollen et la nourriture, tandis que 1% étaient allergiques à la nourriture par réaction croisée au latex.

Il est utile, pour ceux qui sont allergiques et qui ont manifesté des phénomènes de réactivité croisée, de connaître les relations entre les plantes et les aliments végétaux.

La principale recommandation reste d’éviter de consommer les aliments responsables du syndrome allergique oral pendant la période de pollinisation.

L’allergie au pollen est généralement saisonnière. Elle ne se produit qu’à une certaine période de l’année, c’est-à-dire celle correspondant à la floraison de la plante à laquelle appartient le pollen. Le cas le plus fréquent est celui de l’allergie aux graminées (herbes dont la floraison a lieu dans la période de fin avril à fin septembre) mais ces derniers temps, on a observé une augmentation progressive des allergies au pollen d’autres espèces végétales. C’est le cas des arbres dits “à floraison précoce” (de janvier à mars), comme le bouleau, le noisetier, mais aussi d’autres plantes, comme l’ambroisie et le charme, dont l’allergie s’est propagée depuis les zones proches des aéroports, où la l’herbe était transportée “par avion”.

Les conseils sont surtout valables pour la période à risque, qui varie selon le type de pollen auquel vous êtes allergique et doit être associée à une alimentation correcte et équilibrée telle que recommandée dans la population générale.

RECOMMANDATIONS ALIMENTAIRES GÉNÉRALES

  • Suivez les recommandations pour un

    Nutrition adéquat


    dans la population générale concernant la réduction des graisses notamment d’origine animale, des boissons et des aliments riches en sucres et la consommation de portions adéquates de fruits et légumes

  • Evitez les aliments impliqués dans la réaction croisée surtout pour la période à risque qui varie selon le pollen auquel vous êtes allergique. Si nécessaire, ne prenez que de petites quantités.

Le chapitre suivant indique les

aliments non autorisés au cours d’une réaction croisée divisée par le pollen.

NOURRITURE NON AUTORISÉE

Étant donné que toutes les personnes allergiques aux pollens n’ont pas nécessairement une allergie alimentaire croisée et que tous les aliments énumérés ne peuvent pas provoquer d’allergies chez une personne individuelle, il est conseillé au médecin d’indiquer au cas par cas quel régime suivre. , afin de limiter les risques de déséquilibres nutritionnels.

Bouleaux

  • Pomme, poire, banane, nèfle, pêche, cerise, abricot, prune, kiwi, framboise, fraise, litchi

  • Carotte, céleri, fenouil

  • Persil

  • Noisette, noix, arachide, amande

  • poivre vert

Composite

  • Chicorée, persil

  • Céleri, carotte, fenouil, laitue, potiron

  • pissenlit, estragon

  • Camomille

  • Banane, pastèque, pomme, melon

  • Châtaignes

  • Cacahuète, noix, noisette, pistache

  • Huile de tournesol

  • Margarine

  • Miel (tournesol et pissenlit)

Pariétaire

  • Pois, haricot

  • Cacahuète, pistache

  • Soja

  • Mûre

  • Melon, kiwi, cerise

  • Pomme de terre

  • Basilic, ortie

Graminées

  • Céleri

  • Orge, avoine, maïs, riz, seigle, blé

  • Kiwi, pastèque, pêche, prune, agrumes, melon, abricot, cerise

  • Tomate, blette

  • Amande, cacahuète

Absinthe et Ambroisie

  • Céleri, carottes

  • Melon, pastèque, banane

Une fois que le médecin a exclu ce qui interagit avec l’allergie personnelle et établi quels aliments, le cas échéant, ne sont pas des réactifs croisés, il est conseillé de se rappeler que pour obtenir une alimentation correcte et équilibrée qui fournit au corps tous les nutriments dont il a besoin. , il est nécessaire de prendre la bonne quantité (portion) de nourriture et de respecter les fréquences avec lesquelles certains aliments doivent être consommés, quotidiennement ou hebdomadairement, dans le cadre d’un régime personnalisé. La puissance du jour doit respecter le bilan énergétique de chacun et l’énergie introduite doit être égale à celle dépensée afin de ne pas augmenter le risque

de surpoids, d’obésité mais aussi de malnutrition.


Le chapitre suivant indique les

aliments autorisés et recommandés

et qui, par leur nature, n’interfèrent pas avec la pathologie.

ALIMENTS AUTORISÉS ET RECOMMANDÉS

  • Le lait et ses dérivés, il est important d’en consommer au moins une portion chaque jour car le lait et les produits laitiers sont les aliments qui contiennent la plus grande quantité de calcium en plus d’autres minéraux essentiels, protéines et vitamines.

  • Fromages frais à alterner avec des fromages affinés (1 à 2 fois par semaine) comme le Grana Padano DOP qui est un véritable concentré de lait, mais moins gras que le lait entier car il est partiellement décimé lors de la transformation ; est riche en

    protéines à haute valeur biologique

    de

    football

    et d’autres minéraux importants, des vitamines, y compris un excellent apport en

    B12

    Et

    À

    totalement biodisponible.

  • Poisson (frais ou congelé). Il est conseillé d’en consommer au moins trois fois par semaine, en privilégiant les modes de cuisson grillés, au four, à la vapeur ou rôtis.

  • Viandes rouges et blanches, choisies dans les parties les plus maigres et dépourvues de graisse visible. Cuire sur le gril, rôtir, bouillir, au four ou même mijoté tant que tout est cuit sans faire frire les assaisonnements.

  • Les œufs, une source importante de protéines et de fer.

  • Tranché, privilégier le jambon cuit, le jambon cru, la bresaola et le speck dépourvus de graisse visible à consommer pas plus de 1 à 2 fois par semaine

  • Huile d’olive extra vierge, à ajouter aux plats, crue et avec modération.

  • De l’eau, buvez au moins 1,5 à 2 litres de liquide par jour

  • Citron à utiliser dans les vinaigrettes ou ajouté à l’eau. Il est indiqué pour le bon apport en vitamine C

CONSEILS COMPORTEMENTAUX

  • Si vous ressentez des démangeaisons dans la bouche ou la gorge en mangeant, il est préférable d’arrêter d’en prendre et de ne pas avaler le légume en question.

  • Suivez les instructions du médecin sur l’utilisation de médicaments pour prévenir et traiter les manifestations allergiques. Parfois, la désensibilisation au pollen atténue également les allergies alimentaires.

  • Il est nécessaire de se renseigner sur les plantes et les herbes qui libèrent le pollen auxquelles on est sensibilisé, et les périodes de floraison relatives. La tendance de la concentration de pollen dans l’air varie considérablement selon la période de l’année, le type de pollen et la région dans laquelle vous vivez. Pour cela il y a les

    calendriers polliniques

    généralement réalisés par les autorités locales (ASL, hôpitaux, etc.), qui fournissent également des données actualisées en temps réel sur la concentration de pollen dans votre région et des “prévisions” à court terme qui peuvent vous permettre de personnaliser la gestion de votre allergie.

  • En période à risque, mettez en place des mesures comportementales préventives (port de masques, lunettes noires, etc.) et des mesures pharmacologiques permettant aux adultes et aux enfants de vivre à l’extérieur sans encourir de troubles oculaires, nasaux et bronchiques gênants.

  • Aux périodes de l’année les plus exposées aux pollens, les enfants allergiques ont le droit de participer régulièrement à toutes les activités récréatives, ludiques et sportives, adaptées à leur âge, sous la surveillance d’un personnel spécialement formé.

  • En période de risque, voyagez en voiture de préférence avec les fenêtres fermées. Equipez votre voiture d’un système de filtres à pollen, et pensez à les changer régulièrement. Évitez de garer votre voiture sous les arbres et à proximité des jardins et des pelouses

  • Ne plantez pas d’arbres au pollen soufflé par le vent dans votre jardin (comme le cyprès, le bouleau, le noisetier, le charme, l’aulne, l’olivier, le hêtre); privilégiez plutôt les plantes à pollinisation médiée par les insectes (tilleul, marronnier d’Inde, robinier). Retirez toutes les mauvaises herbes.

  • Prenez une douche et lavez-vous les cheveux tous les soirs (car les grains de pollen peuvent rester dans vos cheveux et se déposer sur l’oreiller, où ils sont inhalés pendant le sommeil).

  • Des soins réguliers aussi pour l’hygiène de vos animaux de compagnie car ils peuvent à leur tour devenir des transporteurs de pollen à travers leur pelage.

CONSEILS PRATIQUES

  • Lors de la cuisson ou du chauffage, de nombreuses protéines sont détruites

    ce qui rend les aliments inoffensifs.

  • Certaines de ces protéines à réaction croisée se trouvent dans l’enveloppe

    et en mangeant le fruit pelé, on peut éviter les troubles oraux allergiques

  • Faites particulièrement attention également à la


    stockage correct des aliments

    à l’intérieur du réfrigérateur aide à prévenir et à réduire les cas de contamination entre un aliment et un autre

Recettes recommandées

Maquereau au yogourt aux épinards et sauce au curcuma

Espadon grillé sauce au persil

Beignet au yaourt

Spirales de pain et saveurs

Canapés aux épinards et aux anchois

Avertissements


Les conseils diététiques fournis sont purement indicatifs et ne doivent pas être considérés comme un substitut aux instructions du médecin, car certains patients peuvent nécessiter des ajustements alimentaires en fonction de la situation clinique individuelle

Auteurs

Dr Cinzia Baldo, diététiste, ICP PO Buzzi Milan

Dr Laura Iorio, spécialiste en science alimentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.