Rétine et nutrition

La rétine est une partie de l’œil qui joue un rôle central dans la vision. Si la rétine tombe malade, même des altérations de la vision très graves peuvent se développer, jusqu’à, dans de rares cas, la cécité. Pour cette raison, il est très important de protéger la santé de notre rétine. Plusieurs pathologies de la rétine sont dégénératives ; parmi ceux-ci on se souvient de la dégénérescence maculaire liée à l’âge puisqu’il s’agit d’une maladie liée au vieillissement qui affecte la partie centrale de la rétine, appelée macula, qui sert la vision centrale distincte et permet la reconnaissance des visages et la lecture. Cette pathologie relativement fréquente contribue de manière significative au handicap des personnes âgées et parmi les facteurs de risque, outre l’âge, figurent la familiarité, le sexe féminin, la race blanche, le tabagisme, l’hypertension artérielle, l’exposition excessive à la lumière au cours de la vie, l’obésité et une alimentation riche en gras et cholestérol. En effet, certaines maladies cardiométaboliques, telles que l’hypertension, le diabète, le surpoids et l’obésité, si elles ne sont pas suffisamment contrôlées, peuvent entraîner des complications rétiniennes. Par exemple, le diabète, s’il n’est pas correctement compensé, peut endommager les vaisseaux sanguins de la rétine (vaisseaux rétiniens). Il est donc très important que les personnes diabétiques contrôlent leur glycémie et suivent un régime alimentaire correct et une pharmacothérapie adéquate. Même dans l’hypertension artérielle, si une compensation correcte n’est pas obtenue, des dommages aux capillaires rétiniens peuvent être subis. Pour cette raison, les sujets hypertendus doivent surveiller régulièrement leur tension artérielle (y compris à domicile) et suivre scrupuleusement le traitement antihypertenseur. Les patients diabétiques et hypertendus doivent également subir des visites de suivi chez un spécialiste, y compris

examen de la vue avec contrôle du fond d’œil

. A l’inverse, de nombreux facteurs nutritionnels ont été identifiés par la science comme de possibles facteurs de protection de la rétine. En particulier, nous avons tenté d’identifier les molécules qui pourraient prévenir les maladies dégénératives de la rétine sur la base des dommages causés par les radicaux libres. Il est de plus en plus évident que les nutriments antioxydants, en particulier les vitamines A, C et E, y compris les pigments caroténoïdes, la lutéine et la zéaxanthine (contenus dans les fruits et légumes), peuvent aider à prévenir ou à retarder l’apparition de ces troubles visuels chez les personnes âgées.

RECOMMANDATIONS ALIMENTAIRES GÉNÉRALES

  • Pouvoir riche en

    Lutéine et zéaxanthine

    : deux caroténoïdes qui s’accumulent normalement au centre de la rétine. Ce sont des molécules


    antioxydants

    ce qui pourrait ralentir les processus de vieillissement rétinien. De plus, ils semblent agir comme un filtre pour les effets phototoxiques de la lumière.

  • Alimentation riche en acides gras polyinsaturés, en particulier les

    oméga 3

    semblent être associés à un risque réduit de développer des maculopathies.

  • Pouvoir riche en

    Vitamine C, vitamine E, bêta-carotène et zinc

    semblent capables de ralentir la progression de la maculopathie.

  • Suivre les recommandations pour une bonne nutrition dans la population générale concernant la réduction des graisses notamment d’origine animale, des boissons et aliments riches en sucres et la consommation de portions adéquates de fruits et légumes

  • Cuisson sans matières grasses ajoutées. Préférez les modes de cuisson tels que : vapeur, micro-ondes, gril ou plaque chauffante, autocuiseur, plutôt que la friture, la cuisson à la poêle ou la viande bouillie.

  • Évaluez avec votre médecin la possibilité d’introduire une supplémentation antioxydante en prenant des produits du commerce riches en lutéine, oméga 3 et vitamines.

Les deux chapitres suivants indiquent les aliments autorisés avec modération et ceux autorisés et recommandés pour protéger la rétine. En suivant les instructions, cependant, il faut tenir compte du fait que, pour obtenir une alimentation correcte et équilibrée qui fournit à l’organisme tous les nutriments dont il a besoin, il est nécessaire de prendre la bonne quantité (portion) de nourriture et respecter les fréquences avec lesquelles certains aliments doivent être consommés, quotidiennement ou hebdomadairement, dans le cadre d’un régime alimentaire personnalisé. La puissance du jour doit respecter le bilan énergétique de chacun et l’énergie introduite doit être égale à celle dépensée afin de ne pas augmenter le risque de

surpoids, obésité mais aussi malnutrition.

ALIMENTS AUTORISÉS AVEC MODÉRATION

  • De l’alcool.

  • Graisses d’origine animale, comme le beurre, le saindoux, le saindoux.

  • Saucisses : salami, saucisson, mortadelle, etc..

  • Viandes plus grasses comme les abats.

  • Le sel. Il est bon de réduire la quantité ajoutée aux plats pendant et après la cuisson et de limiter la consommation d’aliments qui en contiennent naturellement en grande quantité (aliments en conserve ou en saumure, noix et extraits de viande, sauces de type soja).

  • Sucre et miel. Limitez la consommation de sucres simples car ils sont liés à un risque accru de développer une obésité et un diabète sucré de type 2

  • Confiserie : gâteaux, pâtisseries, confiseries, pâtisseries fourrées…

  • Boissons sucrées telles que jus de fruits, cola, eau tonique, etc.

ALIMENTS AUTORISÉS ET RECOMMANDÉS

  • Pêchez trois fois par semaine en alternant les poissons les plus maigres (comme la sole, la truite, la plie) avec les plus gras (comme le saumon ou l’espadon) et avec d’excellents poissons bleus. En fait, le poisson est une source importante d’acides gras polyinsaturés oméga-3.

  • Fruit. Consommez trois fruits par jour, de préférence frais et de saison. Si possible, consommez des fruits avec la peau, bien lavés. Les fruits jaune-orange sont riches en bêta-carotène (comme les agrumes, les abricots, les pêches, le melon, etc.). Parmi les fruits riches en vitamine C figurent les agrumes, les fraises et les kiwis.

  • Des légumes. A chaque repas, consommez au moins deux portions de légumes crus et cuits (de préférence cuits à la vapeur ou bouillis ou grillés ou au four). Les légumes jaune orangé (comme les courges ou les poivrons) sont riches en caroténoïdes. La lutéine et la zéaxanthine se trouvent dans les légumes à feuilles vert foncé (comme le chou, les épinards, la bette à carde, le brocoli) et dans la laitue.

  • Œuf. Comme alternative au poisson, une fois par semaine, il est conseillé de consommer quelques œufs en deuxième plat (durs, mollets, brouillés ou cuits en omelette dans une poêle antiadhésive). Les œufs sont une bonne source de lutéine, de zéaxanthine et de zinc.

  • Viande trois fois par semaine En alternative au poisson, il est conseillé de consommer en deuxième plat une portion de viande de préférence maigre et grillée, grillée ou dans une poêle antiadhésive. La viande est une source de zinc.

  • Lait demi-écrémé et yaourt, au moins une portion par jour, bonne source de vitamine A et de zinc.

  • Fromages une ou deux fois par semaine au lieu d’un deuxième plat, en préférant les frais à faible teneur en matières grasses et parmi les fromages affinés ceux produits avec du lait partiellement décimé lors de la transformation, comme le Grana Padano AOP qui, grâce à cette caractéristique de production, réduit la présence de graisses saturées graisses.

  • Huile d’olive extra vierge brute, pour assaisonner les aliments, mais en utilisant chaque jour de petites quantités d’huiles de graines (tournesol, lin, sésame, germe de blé), qui sont sources de vitamine E. Il est également possible de prendre les graines telles quelles, broyées sur yaourts et salades.

  • Grains entiers (pâtes, pain, biscottes, etc.). A alterner avec des produits raffinés car ils contiennent du sélénium, du magnésium et du zinc, des adjuvants importants dans les processus antioxydants.

  • Fruit sec. Les amandes en particulier sont une bonne source de vitamine E et d’oméga 3

CONSEILS COMPORTEMENTAUX

  • Évitez un mode de vie sédentaire. Pratiquez régulièrement une activité physique modérée, de préférence aérobique.

  • Protégez vos yeux des dommages causés par la lumière en portant des lunettes de soleil.

  • Gardez votre poids sous contrôle, pour prévenir le développement de maladies cardiométaboliques telles que l’hypertension, le surpoids et l’obésité.

  • Ne pas fumer! Fumer est l’ennemi de la vue.

  • Les sujets diabétiques doivent maîtriser leur glycémie et suivre correctement le traitement diététique et médicamenteux prescrit par le médecin.

  • Les sujets hypertendus doivent contrôler leur tension artérielle et suivre correctement les traitements diététiques et médicamenteux, si prescrits par le médecin.

CONSEILS PRATIQUES

  • La cuisson prolongée des légumes ou à des températures élevées pourrait détruire les caroténoïdes (et donc aussi la lutéine).

Avertissements


Les conseils diététiques fournis sont purement indicatifs et ne doivent pas être considérés comme un substitut aux instructions du médecin, car certains patients peuvent nécessiter des ajustements alimentaires en fonction de la situation clinique individuelle.

Auteur

Dr Laura Iorio, spécialiste en science alimentaire

Ouvrages

  • Effect Of Blue Light: Type Of Light Damages Our Retinas (English Edition)
  • Handbook of Nutrition, Diet, and the Eye
  • Causes Of Eye Floaters: Eye Injury, Crystal Deposits, Eye Disease, Diabetic Retinopathy, Torn Retina, Detached Retina, Inflamed Vitreous, Autoimmune Complications, Vitreous Bleeding (English Edition)
  • Omega-3 Fatty Acids in the Brain and Retina
  • Nutritional and Environmental Influences on the Eye
  • Advances in Food and Nutrition Research (ISSN Book 93) (English Edition)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.