in

Régime alimentaire riche en triglycérides – Hypertriglycéridémie

Les triglycérides sont une forme de graisse présente dans le sang, provenant en partie de la nourriture et en partie se forment dans le corps où ils remplissent une fonction de réserve d’énergie. Des concentrations élevées (hypertriglycéridémie) représentent un important

facteur de risque pour les maladies du cœur, du foie et du pancréas.

L’augmentation des triglycérides sanguins est liée (sauf pour les formes de dyslipidémie familiale sur une base génétique) à l’introduction de

calories excédentaires

en particulier si elle est associée à l’introduction de grandes quantités de

sucres simples

et la consommation d’alcool, tous les nutriments qui sont convertis par le corps en triglycérides. La qualité des graisses introduites avec l’alimentation est également importante, car

les graisses


les graisses saturées augmentent les valeurs de triglycérides tandis que les graisses monoinsaturées et polyinsaturées ont l’effet inverse. L’hypertriglycéridémie peut également être associée à des valeurs accrues de

pression artérielle

à une élévation des valeurs de glycémie à jeun (intolérance au glucose ou

diabète de type 2


), à


stéatose hépatique

(foie gras) ou pour augmenter les valeurs de

cholestérol LDL

(ou mauvais”). La combinaison de ces conditions, qui augmente encore le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires au cours de la vie, est plus fréquente chez les personnes ayant un

accumulation de graisse

au niveau abdominal, c’est-à-dire une “tour de taille” plus abondante. Raison pour laquelle l’hypertriglycéridémie est un marqueur de

syndrome métabolique

une affection caractérisée par la présence simultanée de divers déséquilibres métaboliques dont chacun est à lui seul un indice de risque cardiovasculaire.

D’autres situations peuvent également être associées à l’hypertriglycéridémie telles que l’hypothyroïdie, les maladies rénales chroniques, les maladies du foie et l’utilisation de certains médicaments. Il est toujours conseillé de contacter votre médecin en cas d’hypertriglycéridémie pour effectuer d’éventuels examens complémentaires.

Les pierres angulaires de la thérapie nutritionnelle sont représentées par

normalisation du poids corporel

et de

circonférence abdominale

, d’une alimentation pauvre en sucres simples et en graisses saturées et à l’élimination de l’alcool. Dans les formes les plus réactives, l’approche nutritionnelle peut représenter la seule thérapeutique.

RECOMMANDATIONS ALIMENTAIRES GÉNÉRALES

  • Choisissez des aliments riches en fibres et faibles en sucres simples.

  • Privilégiez les aliments à faible teneur en graisses saturées et privilégiez ceux à forte teneur en graisses monoinsaturées et polyinsaturées.

  • Cuisson sans matières grasses ajoutées. Préférez les modes de cuisson tels que : vapeur, micro-ondes, grill ou plaque, autocuiseur, plutôt que la friture, la cuisson à la poêle ou la viande bouillie.

  • Sur recommandation du médecin ou avec son accord, il est possible de prendre des suppléments à base d’oméga 3 disponibles sur le marché pour favoriser la diminution des triglycérides (effet hypotryglycéride-abaisseur).

Les trois chapitres qui suivent indiquent les aliments interdits, autorisés avec modération, autorisés et recommandés dans le cas de la pathologie indiquée. En suivant les instructions, cependant, il faut tenir compte du fait que, pour obtenir une alimentation correcte et équilibrée qui fournit à l’organisme tous les nutriments dont il a besoin, il est nécessaire de prendre la bonne quantité (portion) de nourriture et respecter les fréquences avec lesquelles certains aliments doivent être consommés, quotidiennement ou hebdomadairement, dans le cadre d’un régime alimentaire personnalisé. La puissance du jour doit respecter le bilan énergétique de chacun et l’énergie introduite doit être égale à celle dépensée afin de ne pas augmenter le risque de

surpoids, obésité mais aussi malnutrition

.

NOURRITURE NON AUTORISÉE

  • Spiritueux : liqueurs, grappas, cocktails avec alcool

  • Alcool, y compris le vin et la bière

  • Les boissons sucrées comme le cola, le tonic water, le thé glacé, mais aussi les jus de fruits, car elles contiennent naturellement des sucres simples même si elles portent la mention « sans sucre ajouté »

  • Aliments de restauration rapide

  • Sucre blanc et cassonade pour adoucir les boissons, éventuellement en les remplaçant par l’édulcorant

  • Confiture et miel.

  • Sucreries telles que gâteaux, pâtisseries, biscuits, sablés, gelées, puddings, bonbons

  • Fruits au sirop, fruits confits, moutarde aux fruits

  • Produits de boulangerie contenant la mention « graisses végétales » (sauf mention contraire, ils contiennent généralement des huiles végétales saturées : palme, coco)

  • Graisses animales : beurre, saindoux, saindoux, crème

  • Abats : foie, cervelle, rein, rein, cœur

  • Saucisses à haute teneur en graisses saturées, salami, saucisse, mortadelle, etc. en plus des parties grasses de la viande

  • Lait entier ou concentré, yaourt entier, fromages à haute teneur en graisses saturées et en cholestérol

  • Mayonnaise et autres sauces élaborées

ALIMENTS AUTORISÉS AVEC MODÉRATION

  • Édulcorant

  • Huiles végétales polyinsaturées ou monoinsaturées telles que l’huile d’olive vierge extra, l’huile de riz ou les huiles monograines : soja, tournesol, maïs, arachide (pour leur pouvoir calorifique, contrôler leur consommation en les dosant à la cuillère)

  • Fruit car il contient naturellement du sucre (fructose). Il est important de respecter les quantités indiquées dans l’alimentation et de limiter les fruits sucrés (raisins, bananes, figues, kakis, mandarines) à une consommation occasionnelle. Même les fruits secs et séchés doivent être consommés de manière limitée et en plus petites portions que les autres types de fruits

  • Le sel. Il est bon de réduire la quantité ajoutée aux plats pendant et après la cuisson et de limiter la consommation d’aliments qui en contiennent naturellement en grande quantité (aliments en conserve ou en saumure, noix et extraits de viande, sauces de type soja).

  • La pomme de terre n’est pas un légume mais une source importante d’amidon, c’est donc un véritable substitut du pain, des pâtes et du riz. Ils peuvent donc être consommés occasionnellement en remplacement du premier plat.

ALIMENTS AUTORISÉS ET RECOMMANDÉS

  • Poissons de tous types au moins trois fois par semaine. Privilégiez le bleu (hareng, sardine, maquereau, anchois…) et le saumon pour leur teneur en oméga 3.

  • Légumes, crus et cuits, à prendre en grosses portions. La variété dans le choix permet d’introduire correctement les sels minéraux, les vitamines et les antioxydants nécessaires à l’organisme.

  • Pain, pâtes, riz, avoine, orge, épeautre (préférez les complets).

  • Lait écrémé ou partiellement écrémé et yaourt.

  • Viande rouge et viande blanche (provenant de coupes maigres et dépourvues de graisse visible). Volaille sans peau.

  • Les charcuteries telles que le jambon cuit, le jambon cru, le speck, la bresaola, les tranches de dinde/poulet à condition qu’elles soient dégraissées et pas plus d’1 ou 2 fois par semaine.

  • Fromages frais à faible teneur en matières grasses ou fromages affinés fabriqués avec du lait partiellement décimé lors de la transformation, comme le Grana Padano DOP, et avec un bon apport en graisses insaturées.

  • Légumineuses 2 à 4 fois par semaine, en plat principal.

  • Eau, thé, tisanes sans sucre

RÈGLES DE COMPORTEMENT

  • En cas de

    embonpoint


    éliminer les kilos superflus et normaliser le « tour de taille » qu’est la circonférence abdominale, indicateur de la quantité de graisse déposée au niveau viscéral, principalement liée au risque cardiovasculaire. Les valeurs de tour de taille supérieures à 94 cm chez l’homme et 80 cm chez la femme sont associées à un “risque modéré”, les valeurs supérieures à 102 cm chez l’homme et 88 cm chez la femme sont associées à un “risque élevé”.

  • Rendez votre mode de vie plus actif (abandonnez la sédentarité! Allez au travail à pied, à vélo ou garez-vous loin, si vous le pouvez, évitez d’utiliser l’ascenseur et prenez les escaliers à pied).

  • Pratiquez une activité physique au moins trois fois par semaine. Le choix doit toujours se faire dans le cadre de sports à caractéristiques aérobies, d’intensité modérée et de longue durée, plus efficaces pour éliminer les excès de graisse tels que : le cyclisme, la gymnastique aérobie, la marche à 4 km/heure, la natation.

  • Ne fumez pas : Le tabagisme est un facteur de risque cardiovasculaire.

  • Vérifier avec l’aide du médecin toute autre pathologie coexistante (par exemple hypertension artérielle, diabète sucré).

  • Lisez bien les étiquettes des produits, notamment pour vous assurer de leur teneur en sucre et en graisses saturées. Faites attention à l’utilisation de produits “sans sucre” car ils sont souvent riches en matières grasses et par conséquent riches en calories.

  • Même si vous avez un poids normal, surveillez votre poids corporel pour éviter les prises de poids pouvant être à l’origine de l’hypertriglycéridémie.

CONSEILS PRATIQUES

  • Afin de mesurer correctement la concentration de triglycérides dans le sang, et de voir si elle a évolué après une alimentation adéquate ou le début d’un traitement médicamenteux, il est nécessaire d’être à jeun, au moment du prélèvement, depuis au moins 12 heures, et d’avoir consommé, la veille au soir, un repas léger. Boire un verre de lait ou une boisson sucrée le soir avant l’examen peut affecter le résultat du test.

Recettes recommandées

Maquereau au yogourt aux épinards et sauce au curcuma

Anchois aux légumes

Salade de saumon et lentilles

Cabillaud en croûte de pommes de terre

Bucatini maquereau et romarin

Fusilli d’épeautre aux asperges, champignons piment et Grana Padano DOP

Strudel de poisson aux légumes

Salade d’orge et de bette à carde

Poisson bleu mariné

Petit-déjeuner avec des spirales de pain

Avertissements


Les conseils diététiques fournis sont purement indicatifs et ne doivent pas être considérés comme un substitut aux instructions du médecin, car certains patients peuvent nécessiter des ajustements alimentaires en fonction de la situation clinique individuelle.

Auteurs

Dr Laura Iorio, spécialiste en science alimentaire

Written by quoimangercesoir

Jeune blogueuse : experte en nutrition sport et santé. J'aide les femmes à s'accepter devant le miroir. Grâce à mes conseils sur les bonnes pratiques de la nutrition et sur les exercices physiques à adopter à la maison ou en salle de sport pour retrouver une belle silhouette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pizzas de montagne frites napolitaines, l’une en entraînant une autre : une bonté parfumée et dorée avec une pâte très légère

Focaccette sans four, vous les préparez en 5 minutes à l’aide d’une simple poêle